Hier, dans un journal marocain

Joël Bastard traduit en arabe par le poète Embarek Ouassat

Suite